Accueil > Blogue > Immobilier > Gardez tous les profits de la vente de votre chalet

Gardez tous les profits de la vente de votre chalet

21 déc. 2019

J’ai failli m’étouffer avec mon café l’autre matin quand j’ai entendu à la radio l’ampleur des hausses de prix de l’immobilier dans certains marchés de villégiature.

À Mont-Tremblant, le prix des maisons aurait explosé de plus de 37 % en un an, selon des données compilées par Royal LePage. Dans le coin de Stoneham, la valeur des copropriétés a grimpé de 18,8 % en 12 mois. Beaucoup de propriétaires sont assis sur de juteux profits. 


Profits imposables

Comme il s’agit dans la plupart des cas de résidences secondaires, une belle facture d’impôt leur pend aussi au bout du nez. À la disposition de l’actif immobilier, la moitié de la plus-value devra être incluse dans les revenus du vendeur. On n’y échappe pas, 50 % du gain en capital réalisé à la vente d’un bien d’au moins 1000 $, même à usage personnel, est imposable. 

Il existe néanmoins une exception de taille : la résidence principale.

Chalet comme résidence principale

C’est bien connu, il n’y a pas d’impôt à payer sur les profits dégagés de la revente de sa maison. 

Ce qui l’est moins en revanche, c’est que plus d’une propriété d’un même contribuable peut être désignée comme résidence principale. 


Il y a une limite cependant : deux propriétés ne peuvent bénéficier de l’exemption fiscale pour la même année.

Un condo, un chalet, une maison unifamiliale peuvent tous se qualifier à titre de résidence principale. 

Il n’est pas nécessaire de l’habiter toute l’année ni d’y recevoir son courrier, il suffit d’y séjourner de temps en temps, soi-même, un enfant, son conjoint ou même un ex. 

Aussi longtemps qu’on reste propriétaire de deux habitations, on n’a pas à choisir laquelle sera désignée « résidence » principale. Il faut décider quand on en vend une. 

En général, on désignera comme résidence principale l’actif dont la valeur a le plus augmenté. Ce peut être la maison de campagne.

Ce serait le cas d’un citoyen de Québec qui possède deux condos dans la région : un dans le quartier de Sainte-Foy, dont le prix stagne depuis des années, et un autre près des pentes de ski de Stoneham, à une trentaine de kilomètres de là, où les prix grimpent. 


CONSEILS

  • Un même logement peut passer de résidence principale à résidence secondaire, ou l’inverse. L’exemption fiscale sera calculée ainsi : (nombre d’années de désignation comme résidence principale + 1) ÷ nombre d’années de détention) x gain en capital.
  • Depuis 2016, quand ils vendent leur résidence principale, les contribuables sont obligés de le divulguer au moment de faire leur déclaration de revenus. 
  • Quand on possède deux résidences et qu’on décide d’en vendre une, mieux vaut avoir un bon comptable ou un fiscaliste. 
Retrouvez ici le contenu original
Partager


514-886-3173